Une séance à trois miroirs, témoignage d’Isabelle.

 

Séance de « cheval-miroir » avec Nathalie, Phoebus, Lipzou et Bryum, 2018.

Isabelle : mon intention est de « trouver le positionnement adapté au contexte et à mon intention, de manière à ce que je le sente juste à l’intérieur, mais aussi qu’il soit ressenti clairement par l’entourage ».

Je me sens habituellement alignée et bien à ma place, que ce soit dans la douceur ou dans l’affirmation ou dans le jeu… mais mon positionnement n’est pas toujours lisible par l’entourage. Je déclenche parfois des projections et ça perturbe la lecture que l’autre peut avoir de moi. Ça envoie des quiproquos pénibles. Voilà ce sur quoi je désire travailler.

Après les consignes de Nathalie, le travail dans le rond commence. 

Premier « entourage »: Phoebus. 

Il baisse les oreilles et tente de m’impressionner en prenant physiquement la place et en tirant la gueule (grimaces, petits couinements quand je le touche, oreilles baissées, queue qui fouette). En tout cas, il manifeste une évidente mauvaise volonté de faire ce que je lui demande gentiment d’effectuer.

J’essaye la douceur. Rien.

J’essaye de l’ignorer. Bof.

Finalement, il me faut lui démontrer ma force et ma volonté pour qu’il soit sage, coopératif et… content! Il me suit, de belle humeur, monte sur la planche, marche en serpentine… parfait. 

Je suis un peu dépitée. Je connais le fait de m’imposer par la force. C’est ok. J’aurais voulu entrevoir une autre solution face à un macho qui se fout de ma g… euh, de ma demande.

Bon… leçon 1: ce qui est facile pour toi n’est pas nécessairement à rejeter. Avec un entourage qui cherche à prendre le pouvoir en t’impressionnant par la force, fais ce que tu sais faire, impose-toi sans violence mais avec fermeté, voire autorité. Après, adapte-toi à ses changements d’humeur, de plus en plus douce, de plus en plus souriante… Et reprends le dessus d’un regard, ton, geste, s’il fait mine de vouloir reprendre le lead en montrant les dents.  

Nathalie : L’intention exprimée par Isabelle me pousse à lui proposer de ne pas s’en tenir à la seule expérience avec Phoebus, mais de réitérer l’exercice avec d’ autres chevaux. Ainsi elle sera confrontée à un panel de caractères différents, et donc à un contexte changeant comme elle l’a demandé.

Deuxième « entourage »: Lipzou.

Isabelle : avec elle, aucun souci, je suis à la fois tranquille, ferme et accueillante et elle réagit parfaitement. Elle franchit le petit obstacle, change d’allure selon les demandes… 

Leçon 2: pour un entourage gentil, pas bagarreur, je semble être un point de repère clair.

Nathalie : ayant obtenu la confiance de Lipzou, Isabelle peut finalement lui demander des pas de côté, exercice pas forcément facile qu’elles exécutent ensembles dans une belle harmonie

Troisième « entourage »: Bryum.

Isabelle : la défense de Bryum me prend au dépourvu: il avance dans mes bras, jusqu’au câlin! Il est tellement doux et mignon que je fonds et oublie mes exercices pour le caresser. Nathalie me rappelle les consignes. Il doit trotter en cercle en rasant la barrière (alors qu’il cherche à revenir au centre pour un bisou).

Aaaah! c’est dur pour moi. il le sent et commence à faire le pitre: un pied antérieur sur un tronc… un coup de pied dans un triangle de signalisation… un regard de nounours… je ris et m’émeus.

Puis viens le moment de reprendre son sérieux, et là ça roule, à condition de ne pas descendre la pression. Contrairement à Phoebus, qui change d’attitude quand il accepte la guidance, Bryum ne perd pas son but de vue: plein de câlins et pas de travail!

Leçon 3: c’est mon « cas » le plus dur. Je n’aime pas maintenir une pression en continu pour obliger l’autre à faire un truc qu’il n’a pas envie de faire. Et le jeu malin me plat davantage que le boulot. Il a (presque) réussi son tour!

Nathalie : j’ai proposé à Isabelle un travail avec beaucoup d’action, en mettant les chevaux en mouvement avec des exercices à leur faire réaliser, ce qui correspondait à son intention d’avoir un positionnement clairement ressenti par son entourage. Le changement de chevaux l’a obligée à s’adapter au contexte car ils ont tous les trois des caractères très différents. Pour cela je l’ai aidée avec des conseils techniques sur l’éthologie des chevaux, sur le positionnement dans l’espace par rapport à eux, sur le niveau d’énergie nécessaire en fonction des réponses du cheval, ainsi qu’avec des explications sur la personnalité de mes chevaux distillées au fur et à mesure de ses besoins.

Au bout du compte, les chevaux ont parfaitement répondu, chacun à leur manière, et on trouvé du plaisir à coopérer avec elle.

Étiqueté , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :