Peindre sur les chevaux? Oui, mais…

Comment gère-t-on le consentement du cheval dans le stage de peinture et cheval-miroir?

Cette séance de peinture sur les chevaux s’inscrit  dans un contexte particulier : en fin de stage « couleur et cheval », réalisé en collaboration avec une arthérapeuthe.

Il ne s’agit pas de plaquer des mains pleine de gouaches contre un support vivant mais d’installer, ensemble et dans le respect, une construction qui fait sens pour chacun.e.

Après avoir travaillé deux jours en connexion avec eux, dans les séances de cheval-miroir dans le rond de longe et après avoir travaillé nos propres connexions, par la peinture sur papier dans le rond de la yourte, est venu l’espace-temps de la réunion éventuelle des deux axes de ce stage.

Nous avons dès lors demandé leur consentement aux trois chevaux, qui sont de véritables partenaires, pour peindre sur leur corps. Cette demande et l’écoute des réponses de chacun.e ont été mises en place par le biais de l’éthologie (observation des réactions) et par celui de la communication animale.

Leur accord donné, nous avons commencé la séance de peinture sur chevaux, en étant toujours dans l’attention du respect de chacun. Tout cela s’est réalisé de façon tranquille et joyeuse.

Les chevaux étaient détendus, curieux ( Bryum voulait goûter la peinture dans la palette) et connectés à nous. A un moment donné, nous avons dû les attacher pour éviter les interactions hiérarchiques entre eux qui nous auraient gênés (notre attention peut être disputée entre eux) et ils en ont l’habitude, ce n’est pas une punition pour eux mais un moyen d’être tous au calme pour une séance tranquille. 

Si l’un d’entre eux avait manifesté une gêne ou fait un mouvement de recul au moment de l’application de la peinture nous aurions respecté cela et tout arrêté. Au contraire ils étaient collaboratifs, en communion avec nous.

La séance a duré un petit quart d’heure. Nous les avons ensuite  relâchés et ils sont remontés du bord de la rivière vers leur pré où ils nous ont offert une danse énergique autour des arbres.

La peinture à l’eau, éphémère, s’est diluée à la première pluie, le lendemain.

Merci à tous les trois pour cette collaboration intense!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :